La Coopérative aux Journées d’été des écologistes (JDE) à Strasbourg.
Partager

Cette année, le Réseau coopératif est intervenu à deux moments lors des JDE.

C’est ainsi que, le deuxième jour, en tant que membres de l’Agora EELV, l’instance qui réunit à parts égales le Parti politique et le Réseau coopératif, nous avons co-organisé avec le Parti, une rencontre dans le cadre des Assises de l’écologie et des solidarités, dont le thème était « Quel nouvel espace pour l’écologie politique ? ».

Grâce à une communication à base de flyers distribués le jeudi, la salle, prévue pour 50 personnes, a accueilli lors de cette matinée près de 100 personnes, une grande partie du public restant debout.

Nous avons eu tout d’abord quatre présentations d’organisations originales considérées comme pouvant répondre partiellement à la question posée.

  • Ce fut d’abord celle des Grünen allemands, qui participent à des majorités très hétéroclites dans différentes villes et régions, alliés aussi bien à la droite qu’à la gauche, afin de pouvoir agir en tant que partenaires d’une majorité, ce qui leur confère des pouvoirs financiers réels. C’est leur stratégie, ni droite ni gauche, mais écologiste. Ils ont 75 000 cotisants, à comparer à nos trois à quatre mille cotisants en France. L’eurodéputé Sven Gielgold, qui faisait cette présentation, a terminé en insistant sur le fait qu’ils ne sont pas des « macronistes allemands », comme les caricaturent certains écologistes français, mais des écologistes avant tout, qui œuvrent pour le bien de l’humanité planétaire.
  • Ensuite, la présentation du Parti pirate français nous a dévoilé une organisation très horizontale, basée sur l’usage intensif des technologies numériques, avec des outils sophistiqués qu’ils ont développés dans le cadre de l’informatique libre. Ils sont actuellement peu nombreux en France, mais le succès des Partis pirate islandais et allemand, notamment auprès des jeunes générations, est à approfondir en termes d’organisation possible pour une autre manière de faire de la politique. En Islande comme en Allemagne, les Partis pirate sont très influents au sein de l’opposition aux pouvoirs en place.
  • En l’absence d’Alberto Amo, auteur du livre, Podemos, la politique en mouvement, j’ai présenté très rapidement, avec son accord, l’organisation de Podemos, qui est le modèle d’organisation choisie par Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon pour structurer leurs mouvements politiques. Un leader, une équipe, qui lui est dévouée, et une très grande base populaire, qui a pour seul pouvoir celui de voter des référendums pour orienter la politique du mouvement. L’intérêt de cette présentation était que Podemos existe depuis quatre ans et qu’il est donc possible d’en faire un premier bilan (à lire dans le livre d’Alberto Amo pour plus de détails).
  • Enfin, j’ai également présenté, l’organisation « en archipel », telle qu’expérimentée actuellement par 50 associations écologistes ou solidaires sous le nom Osons les jours heureux. L’intérêt de cette présentation était de voir si une organisation en archipel pouvait répondre à la question posée lors de cette rencontre dans le cadre des Assises.

La parole a ensuite été donnée à la salle durant une heure, pour obtenir des réactions, suite à ces quatre présentations. Une quinzaine de personnes ont pris la parole. Leurs interventions n’ont pas répondu directement à la question posée, car elles souhaitaient surtout aller plus loin dans la connaissance de ces organisations.

En conclusion, Jean Desessard, co-animateur du Groupe de pilotage des Assises, a donné sa synthèse personnelle, et Hélène Hardy, co-animatrice de ce même groupe de pilotage, a incité le public encore présent à organiser dans leurs territoires respectifs une rencontre, afin d’enrichir jusqu’à mi-2019 le Cahier des assises. Ce cahier servira, après les élections européennes, à structurer l’évolution du mouvement écologiste en France.

Le Réseau coopératif participe de façon autonome au Groupe de pilotage des Assises, constitué actuellement d’une vingtaine d’organisations politiques, qui se déclarent soit écologistes, soit de gauche et écologistes. Vous avez en tant que coopératrice ou coopérateur, la possibilité de co-organiser avec quelques unes de ces organisations, une rencontre Assises de l’écologie et des solidarités, et dans ce cas vous pourrez solliciter une aide financière et logistique de la part de la Coopérative EELV.

Le Réseau coopératif a aussi organisé une soirée dansante le jeudi soir, sous la forme d’un « bal trad ». Dans un cadre festif, ce fut l’occasion, au moment de l’accueil, d’exprimer au public présent notre volonté en tant que coopératrices et coopérateurs de participer aux débats sur l’avenir de l’écologie politique en France.

Denis Guenneau,

Coopérateur EELV

Île-de-France

3 réflexions au sujet de “La Coopérative aux Journées d’été des écologistes (JDE) à Strasbourg.

  1. Bonjour,

    Qu’est ce que le parti pirate français? une des quatre organisations présentées, je n’en avais pas connaissance.
    Merci à vous.
    Amicalement, M.COULIN

  2. Je suis intéressé par des structures hors partis car cette notion implique la division et non la coopération pour des raison de parts de marchés et d’égocentrisme.
    J’attend donc des informations précises sur les lieux où je peux trouver des alter ego.

    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *