COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU GIEC
Partager

Approbation par les gouvernements du Résumé à l’intention des décideurs relatif au Rapport
spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C
INCHEON, République de Corée, 8 octobre – Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 ºC, il
faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société, a
déclaré le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dans le cadre
d’une nouvelle évaluation. Outre les avantages évidents pour les populations et les écosystèmes
naturels, le fait de limiter le réchauffement à 1,5 °C et non à 2 °C permettrait également de faire en
sorte que la société soit plus durable et plus équitable, a précisé le GIEC lundi

Loading ....
  /  

Une réflexion au sujet de “COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU GIEC

  1. J’ai assisté à la présentation du rapport du GIEC, présentation intéressante mais qui m’a suscitée des interrogations.
    J’en ai même retiré une sorte de malaise avec l’impression à la présentation des scénarios avec les objectifs, les hypothèses et les perspectives retenues que l’on marchait sur la tête et qu’on allait de manière pérenne orienté des décisions politiques et d’investissement industriel vers du grand n’importe quoi….. c’était au niveau de la sensation sans approfondissement, mais avec la crainte qui me semble fondée qu’une analyse qui ne part pas des usages et qui ne replace pas leurs impacts dans un contexte systémique à de forte chance d’avoir tout faux.

    En effet je n’arrivais pas à comprendre ce qui était affiché comme une obligation , la nécessité absolue de capter le CO2, avec des solutions « super techno ».(enfouissement dans le sol etc…)
    Le rapport « affirme » que même en supprimant toute utilisation d’énergie fossile il est quand même nécessaire de capter du CO2 pour limiter la hausse de température à 1,5 °C.
    Avec le recul il apparait que cette obligation résulte en fait d’une prise en compte d’une « croissance verte » génératrice de CO2 malgré l’abandon rapidement progressif des énergies fossiles.
    En effet, pour que cette « croissance verte », telle qu’approchée dans le rapport, n’oblige pas à piéger le CO2 il faudrait introduire une dimension importante de « sobriété » …. et c’est là que je décode une des autres affirmations du rapport du GIEC, c’est que l’on ne peut pas préconiser de solution « non équitable » !!!!!!! c’est à dire qui risque de mettre en difficulté les gouvernements.
    Il me semble qu’un positionnement sur la nécessité absolue d’envisager une certaine sobriété devrait être mise en avant lors des Européennes et l’occasion de la préparation de la COP 24 en décembre semble une bonne opportunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *