Proposition de Motion (texte Martyrs)
Partager

EELV – vers un mouvement à l’image d’un nouveau collectif sociétal participatif et écologiste.

L’air du temps nous porte à dépasser les antagonismes simplistes  et à se structurer de manière à croiser les points de vue.
On peut définir trois systèmes contextuels participant à l’analyse et la pratique politique et ayant une pertinence propre et remarquable.
·         Une approche citoyenne qui dans notre constitution actuelle voudrait être représentée par le Sénat ; Sénat qui est issu de grands électeurs élus «de proximité » et dont la représentation est une démonstration insupportable de l’entre-soi d’une classe d’élus locaux. On peut imaginer que sous la pression de « l’air du temps » et du « grand débat » la réforme du Sénat aboutisse à une chambre citoyenne issue d’assemblée citoyenne locale qui se constituerait autour d’actions et de projet immédiat ou de court terme. Cette chambre pourrait aussi porter les demandes  issues des réponses positives des RIC. Cette approche citoyenne  est territoriale mais en fait représente plutôt des réseaux de fonctionnement issus du cercle restreints de la famille, des réseaux, des agoras, des ronds points, des tiers lieux, tous ces endroits d’échanges et de confrontations bienveillantes.
·         Une approche  d’expertise non territoriale portée par le conseil économique, sociale et environnementale que nous voyons en tant qu’écologiste se transformer en « chambre du futur ». Cette transformation est elle aussi dans les « tuyaux » !
·         Une approche politique territoriale qui dans notre constitution est le parlement et qui devrait être une représentation des politiques partisanes de moyens termes.
S’il y a trois approches pertinentes, leurs prises en compte dans le débat et la décision du politique gérant le collectif doit être également respectable et respectée. Elles doivent pouvoir se confronter sans donner plus d’importance  à l’une ou à l’autre. C’est pendant la confrontation et en fonction des sujets que la prégnance d’un système ou la synthèse de ceux-ci doit être pris en compte. En cas d’impossibilité de décision le recours au référendum s’impose.
Ce fonctionnement devrait de plus permettre d’aboutir à une expression des textes, lois, etc… beaucoup plus claire puisque couvrant dans son esprit l’assentiment des trois approches systémiques du champ de la pensée politique. De plus ce dispositif  participatif par la diversité qu’il représente a pour vocation d’aboutir à des décisions mieux ajustées à l’état réel de notre société et donc mieux intégrées et acceptées. L’objectif étant de porter des mesures compréhensibles par la majorité de la population.
Cet éclaircissement des positionnements politiques par une clarté systémique, adaptés à ce qui constitue la culture politique, doit répondre au souhait d’un fonctionnement de l’État beaucoup plus transparent et plus sobre dans l’ensemble de ses institutions.
 
En tant que Mouvement Politique nous devrions avoir un fonctionnement calqué sur cette proposition d’organisation ; sans oublier, et cela sera notre apport à ce nouveau paradigme, que même si il y a trois systèmes, la mise en musique se joue à trois temps et  à quatre temps, (12/8), l’individu militant et adhérent étant un système à lui tout seul.
C’est pourquoi il est proposé :
·         De lancer une réflexion devant aboutir à la création d’un troisième collège au sein du mouvement EELV ou de l’AGORA à l’image du Conseil économique, social et environnemental permettant une expression croisée de la représentation des expertises des commissions  et des associations intermédiaires et techniques.
·         De dire que chaque collège représente au sein du Mouvement EELV ou de l’AGORA une des approches systémiques telles que défini ci-dessus et qu’elles sont toutes les trois pertinentes dans un mouvement politique :
  • o   L’approche citoyenne hors parti étant portée par le réseau coopératif EELV réorganisé
  • o   L’approche  d’expertise étant portée par la fédération des commissions EELV et des associations intermédiaires et techniques
  • o   L’approche politique partisane étant portée par le parti politique EELV
·         De dire que l’AGORA assemblée issue de ces trois collèges est le parlement du Mouvement dont le principe de fonctionnement est basé en priorité sur la médiation et l’intelligence collective.(Par la simple expression d’une intention, un état d’être dans un collectif, transforme une tension en création).
·         De créer un groupe de travail portant une modification des statuts donnant les mêmes prérogatives aux trois collèges et  organisant leur confrontation et leur cohésion au sein du mouvement EELV ou de lAgora.
·         De repenser la place du militant investis dans le mouvement. La clarté des trois structures systémiques doit pouvoir intégrer la quatrième structure systémique qu’est l’adhérent et militant qui est un tout unique aux investissements partagés dans des proportions variables entre ces trois autres systèmes.Il est nécessaire de dépasser le principe du contexte étriqué des groupes locaux pour mettre en place un réseau de Maison Coopérative des Citoyens et de l’écologie piloté par le réseau coopératif.
Notre parti est censé réclamer des assemblées élues à la proportionnelle, or nous pratiquons en interne la prime au gagnant. Commençons par être cohérents avec nos propres propositions.
J’ai tenté de reformuler en y intégrant les associations politiques locales pour mieux coller à la réalité. Je butte sur les modes de coopération entre réseau coopératif et associations politiques locales qui ne souhaitent pas adhérer au réseau. Difficile, me semble-t-il, de laisser le pilotage des Maisons de l’Ecologie au seul réseau coopératif et non au Mouvement dans son ensemble (Christine)
EELV- Le mouvement qui préfigure – par ses valeurs, objectifs et instances –  la société participative et écologiste capable de répondre aux enjeux actuels.
 
I Quelle organisation politique serait susceptible de répondre aux enjeux actuels
L’air du temps nous porte à dépasser les antagonismes simplistes  et à se structurer de manière à croiser les points de vue.
On peut définir trois systèmes contextuels participant à l’analyse et la pratique politique et ayant une pertinence propre et remarquable.
·         Une approche citoyenne qui dans notre constitution actuelle voudrait être représentée par le Sénat ; Sénat qui est issu de grands électeurs élus «de proximité » et dont la représentation est une démonstration insupportable de l’entre-soi d’une classe d’élus locaux. On peut imaginer que sous la pression de « l’air du temps » et du « grand débat » la réforme du Sénat aboutisse à une chambre citoyenne issue d’assemblées citoyennes locales qui se constitueraient autour d’actions et de projets immédiats ou de court terme. Cette chambre pourrait aussi porter les demandes  issues des réponses positives des RIC. Cette approche citoyenne  est territoriale mais en fait représente plutôt des réseaux de fonctionnement issus des cercles restreints de la famille, des réseaux, des agoras, des ronds points, des tiers lieux, tous ces endroits d’échanges et de confrontations bienveillantes.
·         Une approche  d’expertise non territoriale portée par le conseil économique, sociale et environnementale que nous voyons en tant qu’écologistes se transformer en « chambre du futur ». Cette transformation est, elle aussi, dans les « tuyaux » !
·         Une approche politique territoriale qui dans notre constitution est le parlement et qui devrait être une représentation des politiques partisanes de moyens termes.
Si ces trois approches sont pertinentes, leurs prises en compte dans le débat et la décision du politique gérant le collectif doit être également respectable et respectée. Elles doivent pouvoir se confronter sans donner plus d’importance  à l’une ou à l’autre. C’est pendant la confrontation et en fonction des sujets que la prégnance d’un système ou la synthèse de ceux-ci doit être pris en compte. En cas d’impossibilité de décision, le recours au référendum s’impose.
Ce fonctionnement devrait de plus permettre d’aboutir à une expression des textes, lois, etc… beaucoup plus claire puisque couvrant dans son esprit l’assentiment des trois approches systémiques du champ de la pensée politique. De plus ce dispositif  participatif par la diversité des points de vue qu’il représente a pour vocation d’aboutir à des décisions mieux ajustées à l’état réel de notre société et donc mieux intégrées et acceptées. L’objectif étant de porter des mesures compréhensibles par la majorité de la population.
Cet éclaircissement des positionnements politiques par une clarté systémique, adaptés à ce qui constitue la culture politique, doit répondre au souhait d’un fonctionnement de l’État beaucoup plus transparent et plus sobre dans l’ensemble de ses institutions.
 
 II Comment montrer l’exemple par la réinvention de  notre mouvement ?
En tant que Mouvement Politique nous devrions avoir un fonctionnement calqué sur cette proposition d’organisation ; sans oublier, et cela sera notre apport à ce nouveau paradigme, que même si il y a trois systèmes, la mise en musique se joue à trois temps et  à quatre temps, (12/8), l’individu militant et adhérent étant un système à lui tout seul.
Actuellement, dans les statuts de notre Mouvement Politique 
·            L’approche citoyenne est portée par le réseau des coopérateurs EELV 
·             L’approche  d’expertise est portée par les commissions EELV qui peuvent accueillir des membres au-delà du mouvement et par le comité programmatique
·            L’approche politique partisane est portée par le parti politique EELV 
 
Ce qui ne correspond pas totalement à la réalité. En effet, la distinction entre approche citoyenne et approche partisane est reliée par  un nombre croissant  d’associations politiques de soutien aux élu.e.s très liées aux territoires qui se construisent le plus souvent autour des élections municipales pour élargir les soutiens à celles et ceux qui pourraient être rebutés par EELV. Ces associations politiques sont donc des hybrides citoyens – élus- futurs élus dont il faut tenir compte dans notre approche. 
 
Si nous souhaitons, comme présenté au paragraphe I, que ces 3 approches pèsent à part égale sur les positionnements du mouvement, il faut en repenser les instances en 3 collèges : le parti, le réseau des coopérateurs et la fédération des commissions. 
Cela nous amène à proposer une réorganisation du mouvement redonnant plus de place et de poids  au réseau coopératif et aux commissions.
 
III Concrètement, nos propositions  
-réorganiser le réseau des coopérateurs ainsi que le parti de manière à prendre en compte la multiplicité d’associations politiques écologistes territoriales hybrides.  Cela signifie dépasser le principe des groupes locaux pour mettre en place un réseau de Maisons Coopératives des Citoyens et de l’écologie.
modifier les statuts de manière à ce que les 3 collèges : Parti, Coopérative et Conseil économique, social et environnemental (CESE) participent de manière pleine et entière aux décisions du mouvement. L’Agora, assemblée issue des 3 collèges et parlement du mouvement organise la confrontation et la cohésion des 3 collèges aux prérogatives équivalentes.
créer le  collège CESE à l’image du Conseil économique, social et environnemental permettant de mieux coordonner en une expression commune les expressions croisées des différentes  commissions  et des associations intermédiaires et techniques.

2 réflexions au sujet de “Proposition de Motion (texte Martyrs)

  1. Je cite, ci dessus:  » La clarté des trois structures systémiques doit pouvoir intégrer la quatrième structure systémique qu’est l’adhérent et militant qui est un tout unique aux investissements partagés dans des proportions variables entre ces trois autres systèmes  »

    Le techno-langage signe l’échec de la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *