Point de vue – situation en Catalogne
Partager

Bonjour à tous
Comme beaucoup de Catalans, je pense, la situation en catalogne me touche énormément et m’attriste.
il y a 13 semaines je suis allée à Montpellier a une réunion publique organisée par des catalans pour expliquer ce qui se passait réellement la bas, les média Français étant de parti pris et de toutes façons avec un regard Français ; Carles Puigdemont était en duplex depuis Bruxelles.
Comme une des personnes qui a pris la parole dans la salle, je me sens en grande difficulté pour faire comprendre ce qui se passe ; les gens ramènent toujours tout à une comparaison avec la France, et finalement le regard nationaliste et Jacobin français imprègne les esprits ordinairement les plus tolérants sur cette histoire des droits des peuples a disposer d’eux même. oui pour les Kurdes, oui pour les écossais, mais non pour les catalans. Avec toujours le même argument : c’est par égoïsme et pour garder l’argent, comme la ligue du Nord italienne. Sans tenir compte bien sur que les catalans sont républicains et progressistes, bien plus OK pour accueillir des migrants que l’Espagne, prêts à la solidarité en étant contributeurs nets au niveau européen et même en Espagne.
Au delà de la responsabilité de Rajoy, qui ferme tout dialogue et a laissé pourrir la situation au point de diviser la population, il faudrait vraiment pointer la responsabilité européenne, qui prends clairement parti pour le gouvernement central d’Espagne, et qui devrait faire évoluer sa position : voila des gens qui ont un passeport européen, qui ont la monnaie européenne, qui disent accepter toutes les règles et traités de l’Europe, qui veulent rester européen, et a qui on dit : si vous sortez de l’espagne vous sortez de l’Europe, il vous faudra faire une demande et on verra si on l’accepte : bref, une laps de temps sans monnaie, sans accord commerciaux qui est impossible à gérer, et qui bien sur font fuir toutes les entreprises.
je trouve cela honteux car c’est pure convention : il pourrait très bien y avoir une règle différente qui permette de préparer une sortie en examinant les choses « avant » et en donnant un avis positif ou négatif « en cas de sortie » votée ultérieurement par référendum. la l’objectif est de forcer la décision en faveur du maintien dans le pays d’origine.
Plus largement il me semble que la supranationalité européenne, la monnaie, une réglementation commune et le marché commun vont forcément conduire au morcellement des états. Ils ne sont pas suffisamment proches et pas suffisamment homogènes en leur sein pour assurer la proximité et répondre aux attentes locales. L’existence de l’Europe les affaiblit, d’autant plus qu’ils deviennent de moins en moins protecteurs et ont tous évolué vers plus de libéralisme.
Bref tout ça pour dire a ceux qui ont des contacts avec les députés européens, ou en prévision de la campagne européenne à venir, que la réponse anticipée concernant le maintient dans l’union en cas en cas de référendum sortie du pays membre devient une nécessité démocratique en accord avec la charte européenne et qu’il serait temps de formaliser ce processus.
j’ajoute que quand j’entends le point de vue du Junker sur ce sujet, luis qui représente un micro état, je trouve vraiment qu’il exagère et outrepasse ces droits
amitiés
Lydia

2 réflexions au sujet de “Point de vue – situation en Catalogne

  1. Je connais assez bien la question catalane. Il faudrait pour demander l’indépendance que le projet rassemble une large majorité des citoyens (autour de 60-80 % des électeurs). Les nationalistes ont fait 47 % des voix aux dernières élections. A noter que les madrilènes sont eux aussi ouverts aux réfugiés…

  2. bonjour, buenas tardes,
    il me semble que le rôle pacificateur de l’UE n’est pas assez mis en avant sur ce sujet.
    On voit, avec raison sans doute, la construction européenne comme un essai de solution aux conflits internationaux du début du siècle dernier. Pourtant les journaux de mon enfance, il y a 40 ans, faisaient la part belle a des crispations régionales fortes: en Corse, en Irlande, au pays Basque, à Chipre, au sahara occidental, aux Antilles, en Bretagne… Les informations ne passaient pas le rideau de fer, mais on peut imaginer que les conflits qui ont éclaté dans les Balkans, par exemple, existaient déjà.
    Ces conflits se sont peu à peu apaisés, ont pris des formes moins violentes. On peut y voir les conséquences d’une organisation progressive du continent, certes plus complexe, parfois déroutante, mais néanmoins régulatrice et inclusive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *