Que dire ?
Partager

Quand certains pensent que : défendre violemment quelques cabanons à NDDL ne fait pas avancer une de nos causes, et que ce n’est qu’un combat d’arrière-garde.

La ZAD n’est pas des cabanes.

C’est un territoire de 1600 hectares et de 90 lieus de vie.

C’est aussi, et vous en serez surpris, des hommes et des femmes.

Ce sont des boulangeries, une brasserie de bière, une forge, une conserverie, une salle de concert/ spectacle, un lieu de répétition et d’enregistrement pour groupe de RAP.

Ce sont d’immenses jardins entretenus avec amour, des troupeaux de moutons, de vaches, de chèvres, quelques ânes, des champs de céréales.

Une radio libre, un journal.

De grands chantiers commun pour le bois pour se chauffer l’hiver, semer le blé pour le pain.

Une zone ou tu peux acheter ou prendre au Non-Marché. Il y est possible d’y vivre sans argent. Il y est impossible d’y mourir de faim.

La ZAD est un lieu ou se créé, avec difficulté, une société locale, indépendante des diktats de la bourgeoisie et du capitalisme.

Si vous ne le saviez pas, allez y passer quelques jour, il y a toujours un lieu d’accueil ouvert. Et vous verrez . . .

Mais aujourd’hui, les cabanes de NDDL comme certain les nommes n’ont en effet au niveau matériel aucun intérêt … c’est tellement vrai que les habitants de ce bocage ont l’intention de les reconstruire en sachant qu’il y a de forte chances pour qu’elles soient de nouveau démolies … ou pas.

Mais ces « cabanes » agissent comme des révélateurs, elles ont une dimension spirituelle et symbolique forte …. Certain dirait qu’elles sont du niveau du sacré.

Ce qui se passe en ce moment est comme tout déclencheur, un élément sans utilité … mais un concours de circonstance le porte au niveau essentiel de l’anti-utilitarisme.

Au Maroc le Hirak, le mouvement de contestation du Rif qui ne s’éteint pas depuis deux ans est né de la révolte de l’entourage d’un vendeur de poisson, pauvre et vendeur à la sauvette. La police lui à confisqué son poisson et l’a jeté dans la  benne de ramassage des déchets. Il s’est jeté dans la benne pour récupérer son poisson et à été happé et  broyé dans celle-ci .. le désespoir. Ce mouvement actuellement déstabilise Mohamed VI. Ce vendeur n’a été qu’un déclencheur, il a donné une expression à l’oppression et à la misère qui l’entoure et un grand nombre de Marocains se sont reconnus en lui.

Les cabanes de NDDL ne sont pas essentielles à l’équilibre écologique de la planète, mais elles sont essentielles pour savoir jusqu’à quel point nous sommes prêts à abandonner ce système qui nous oppresse.

Alors oui, il y à de la violence, mais comment l’éviter, l’engrenage infernal est attisé par l’état … et malheureusement plus le lieu sera présenté comme un lieu de combat violent plus il attirera des individus en mal de rébellion.

Pour arrêter il suffit que les gendarmes évacuent la zone et que l’on écoute ceux qui veulent faire vivre collectivement ce territoire …Il y à des solutions à négocier  qui peuvent se trouver autour d’une table, les deux partis se sont mis en défaut et à un moment ou un autre ont interprétés la loi.

Nous ne sommes pas dans un combat environnementaliste, mais dans un combat d’humains révoltés par leurs conditions et le mépris qu’un certain nombre de nos dirigeants et industriels ont pour eux, la nature et les générations futures.

Michel GAUTHIER et Christian OLIVE

Coopérateurs Occitanie MP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *