Nos réflexions pour fonder un nouvel espace de l’écologie politique fin 2018
Partager

L’idée d’une structure coopérative en politique est issue des succès d’Europe Écologie lors des élections européennes de 2009 et régionales de 2010.

C’est le 22 mars 2010, qu’un appel est lancé par Daniel Cohn-Bendit pour la création d’une coopérative d’écologie politique, qui aboutira, après des négociations difficiles avec le parti Les Verts, à la création en novembre 2010 du Réseau coopératif à l’intérieur d’un mouvement politique composé d’un parti traditionnel et d’une coopérative.

Après les échecs électoraux de 2017, un nouvel appel est lancé par quelques membres du mouvement EELV, pour lancer un processus de refondation de l’écologie politique en France.

Nous participons activement à cette démarche pour plaider à nouveau la cause d’une structure coopérative en politique, mais enrichie de l’expérience du Réseau coopératif EELV.

Patrick Viveret, qui avait déjà en 2010 travaillé sur le concept coopératif en politique, nous accompagne dans cette démarche, en y associant deux autres coopératives politiques, celle d’Utopia, et celle de la Coopérative politique d’écologie sociale. Ces trois coopératives politiques sont parties prenantes du Groupe de pilotage des Assises. Nous sommes aussi associés à la réflexion de l’Archipel citoyen, pour l’extension de ce concept structurel à d’autres champs tels que le syndicalisme ou la politique. Patrick Viveret fait partie des membres fondateurs de l’Archipel citoyen Osons les jours heureux, qui s’appuie sur le concept de structure en archipel défini par le philosophe Édouard Glissant, pour mettre en synergie une cinquantaine d’associations (Utopia, Colibris, Attac, Alternatiba, négaWatt, Villes en transition…).

L’archipel est une structure assez complexe. Aussi est-ce avec un langage imagé que « Osons les jours heureux » l’a traduit pour le vulgariser (à voir sur http://colibris-wiki.org/collectif-reliance/wakka.php?wiki=PagePrincipale).

Nous sommes donc porteurs, dans la démarche des Assises de l’écologie et des solidarités, de la recherche d’un nouvel espace d’écologie politique qui soit de type coopératif et qui laisse à chaque organisation ses particularités propres, tout en permettant une synergie avec les autres organisations qui permette de se rassembler quand c’est nécessaire.

Denis Guenneau,

Coopérateur EELV

Île-de-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *