Les éco-gestes en informatique au quotidien
Partager

Les éco-gestes en informatique au quotidien. Un guide pratique pour agir !

Un soir, il y a quelques années, j’ai visionné un documentaire(1) qui m’a ouvert les yeux. J’étais formatrice en bureautique, écologiste dans l’âme et dans mon quotidien. C’était du moins ce que je pensais. Je n’avais pas encore fait le lien entre numérique et environnement. Le lendemain, je me suis réveillée avec la gueule de bois, je n’étais plus la même. J’ai ensuite lu, beaucoup lu, beaucoup cherché sur le sujet et pris la décision d’écrire ce livre pour consigner une grande partie de ma collecte, pour proposer, non pas des solutions, mais des conseils et astuces pour limiter la casse.

 

Editeur : L’ADEME? JUIN 2017.

 

Ouvrage disponible sur le site de l’Ademe, prochainement dans toutes les bonnes librairies et sur Decitre, Priceminister, Amazon (si on peut éviter ce dernier, c’est franchement mieux !), etc.

http://www.ademe.fr/eco-gestes-informatiques-quotidien-extraits

 

Ainsi, pour mieux maîtriser notre environnement technologique, ce guide rassemble les bonnes pratiques, les éco-gestes à trois étapes du cycle de vie : l’achat, l’usage et la fin de vie. Son contenu se veut concret et s’adresse au plus grand nombre. Il vise les particuliers dans leur quotidien qui pourront dans l’idéal faire ensuite « au bureau comme à la maison ». Il est aussi destiné aux associations au sens large et celles qui sont concernées par la cause environnementale en particulier. Il s’adresse aux écoles compte tenu des nouveaux usages et équipements numériques massifs.

L’immatérialité apparente du numérique ne favorise pas la perception des enjeux. Le rappel de chiffres-clés tout au long de cet ouvrage devrait permettre au lecteur de lever cette illusion et de prendre la mesure des impacts environnementaux des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce guide invite le citoyen-consommateur, conscient des multiples enjeux, à agir, à porter un nouveau regard sur le numérique.

Avec ce guide, j’invite à tendre vers une informatique plus responsable, qui n’est autre que l’application des idées et des principes du développement durable aux TIC et ce, dans tous les gestes de la vie quotidienne. Je pars résolument en campagne pour sensibiliser le plus grand nombre, pour partager ces préoccupations, encourager à faire mieux pas à pas et contribuer à une société moins carbonée. Pour les plus sceptiques, l’évaluation des économies à réaliser pourra être une des motivations pour agir. Enfin, un des buts serait atteint si ce guide pouvait encourager le lecteur à poser un autre regard, à engager une réflexion profonde sur ses besoins et à emprunter naturellement les chemins de la sobriété. Philippe Bihouix (2), auteur, entre autres, de L’Age des low tech, m’a fait le grand honneur d’écrire la préface.

L’idée principale qu’il est nécessaire de garder en tête pour diminuer l’impact environnemental des TIC est de prolonger le plus possible la durée de vie de nos appareils. Pour cela, un bon entretien et une maintenance sérieuse sont impératifs (j’ai imaginé un carnet d’entretien, fourni avec le bouquin et téléchargeable gratuitement sur le site de l’Ademe). Soignez l’outil avec lequel vous travaillez, c’ est le nerf de la guerre. Et surtout, achetez du matériel reconditionné, de l’occasion, donnez, troquez…

Parmi les bonnes pratiques à retenir (vous verrez dans le bouquin, il y en a à foison !), il y en a une qui peut paraitre évidente mais, hélas, peu appliquée : éteindre les appareils quand on ne les utilise pas, ou pratiquer au moins les veilles ou veilles prolongées. De plus, il est nécessaire de débrancher les machines, même quand elles sont éteintes, pour éviter la consommation des veilles cachées en utilisant tout simplement une multiprise à interrupteur. Cette consommation inutile est un vrai gâchis et représente environ 2 milliards d’euros par an au niveau national.

On peut pratiquer une navigation internet plus responsable (il y a nombre d’astuces). Nettoyer régulièrement sa boîte mail et lutter activement contre les spams est aussi un réflexe à acquérir. Ce dernier point est une goutte d’eau, mais ceci soulagera les datacenters et participera à la prise de conscience que le stockage ne peut être infini, qu’il faut choisir et non amasser les données en permanence. Tout le reste est à découvrir dans ce guide.

Je prolonge actuellement cet ouvrage au sein de Point de M.I.R, la Maison de l’Informatique Responsable (3). Il s’agit d’une initiative destinée à sensibiliser le grand public à l’impact de l’utilisation des nouvelles technologies sur l’environnement. La Maison de l’Informatique Responsable sera tout prochainement un lieu ouvert et proposera les « éco-gestes » quotidiens permettant une utilisation plus responsable et durable des nouvelles technologies et ce, en fonction des profils et des appétences de chacun, que ce soit en matière d’achat, d’usage ou de fin de vie.

Face à deux transitions majeures, écologique et numérique, Point de M.I.R invite à adopter de nouveaux comportements.

http://www.ademe.fr/eco-gestes-informatiques-quotidien-extraits

http://www.point-de-mir.com

Bela Loto Hiffler,

Coopératrice EELV,

Île-de-France

————————————–

(1) Internet, la pollution cachée, Coline Tison et Laurent Lichtenstein, Editions Montparnasse

(2) À lire : son récent interview dans le dernier numéro de Socialter (#24), www.socialter.fr/

(3) Point de M.I.R, Maison de l’Informatique Responsable, www.point-de-mir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *