Coopérative : PACA une région qui bouge
Partager

Compte rendu de la réunion des Coopérateurs PACA, le 25 Mars à l’auberge de jeunesse d’Aix en-
Provence, réunion organisée grâce à Cécile Hagnauer, initiatrice toujours efficace, et Marie-
Nicole Payet, intendante parfaite : lieu, repas, mais aussi thé, café, viennoiseries, et sourires.
13 Participants : Sylvie Bonaldi ; Joel Decarsin (Tehnologos) ; Michèle Dubief Huguet ; Marc
Gallardo ; Marc Gerenton ; Brigitte Giry ; Patricia Gérin ; Cécile Hagnauer ; Peter Paulich ; Marie
Nicole Payet ; Alain Persat ; Jean Marie Quairel ; Danièle Quinson.
1) Tour de table de présentation. Opinions diverses sur les élections… Place de la coopérative.
Cécile regrette que nous ne touchions pas davantage la population et en particulier les classes
populaires. Elle pense que c’est davantage par le changement de mode de consommation que par le
changement de mode d’énergie qu’on pourrait atteindre cet objectif.
Sylvie nous fait part de l’existence prochaine d’une video sur la « bétonnisation » de la plaine du
Var.
2) Etat des finances de la coopérative, par Marc Gallardo, référent national budget.
Pour la région PACA : il reste 3 410,87€ et le national nous doit 510,99€…
Pour le national : 24 391,57€ mais à partager entre : 2 régions structurées PACA et Bretagne, bientôt
IDF en train de se structurer, et peut-être Lorraine, plus le budget national dont une réserve de
8 200€ pour les réunions nationales à Paris (CF, GADA et Agora).
Outre les grandes difficultés pour connaître au niveau national notre budget (demandes de rendezvous
toujours en attente, Marc a dû téléphoner pour avoir des informations partielles…), une action
via une motion au CF, soutenue par le CPR PACA, va être entreprise pour demander au parti de
payer les déplacements à Paris.
En remplacement de Brigitte Giry et Catherine Marin, c’est Marie-Nicole Payet et Marc
Gerenton qui seront les deux référents budget de la coopérative PACA. Il semble qu’un seul
référent budget régional soit requis par les nouvelles règles du mouvement, Marie-Nicole Payet,
dans ce cas, C’est pour éviter les conflits d’intérêt que deux ont été choisis, pour que le deuxième
valide les dépenses du premier…
3) En remplacement de Denis Guéneau, c’est Alain Persat et Marc Gallardo qui seront les
gestionnaires, modérateurs des listes de discussions.
Le site national de la coopérative est : http://coop.eelv.fr et il y a une rubrique « région ». On garde
le site régional administré par Alain Persat : ecolocoop…
Ce dernier souhaite que chacun participe à l’élaboration d’une liste des sites internet pouvant nous
intéresser.
A ce sujet, un site « efficace » de sondage (il ne s’est pas trompé récemment, comme les autres …) :
filteris-euromediation…
Marie Nicole représentera la Coopérative au CPR du 8 avril au Cannet et y annoncera ces
changements.
4) Marie Nicole fait le compte rendu des dernières réunions régionales ou nationales.
CPR Aix. Le Parti a les mêmes problèmes que nous : comment amplifier la communication pour se
faire connaître ? S’en tenir à quelques axes…
Coordination pour les élections : affiches, etc.
Il y a une commission régionale des conflits présidée par Rosy Inaudi et Thierry Delisle.
CF Paris 12/3. Une motion a retenu l’attention : « être post-croissant pour ne pas être posthumain
». Voir sur le site national.
GADA Paris 12/3. 4 coopérateurs et 4 membres du parti, dans une très bonne ambiance, pour
1
élaborer ce qu’ « on fait ensemble »…mais difficile avant les élections. Intervention prévue au CF
pour présenter l’Agora et le GADA ; Sites internet et fiches … ; Commissions : ponts dans le
mouvement et en particulier avec la commission post-croissance ; Journées d’été 24-26 /8 à
Dunkerque : demande d’une plénière pour l’Agora ; élection : vague verte sur les thématiques
migration et post-croissance.
Prochaine rencontre programmée pour le 24 Juin.
5) Communication sur les prochains ateliers d’été de Technologos : « Écologie institutionnelle
versus écologie radicale » par Joël Decarsin.**
Atelier d’été, 21 à 23 juillet : 30 personnes dont 10 de l’extérieur. Joël est à la recherche d’un lieu
dans la région, lieu où il est possible d’installer un campement de tentes, etc.
L’association Technologos (discours sur la technique) fondée en 2012 par 40 membres fondateurs,
dont Noël Mamère, s’assigne la tâche d’impulser un débat public sur l’impact de l’évolution des
techniques dans les mentalités et les modes de vie, en se référant à des penseurs du XXème siècle, en
particulier Bernard Charbonneau (auteur : Le Feu vert, etc.) et Jacques Ellul.
Alors que la technologie dans sa recherche absolue de l’efficacité maximale était, selon J Ellul, un
moyen pour arriver à une fin, elle devient maintenant une finalité.
Le thème de l’année : Pourquoi l’écologisme ne sait pas ce qu’est la technique ? Avec en toile de
fond : pourquoi l’écologie perd-elle tous ses combats ? Avec une réponse : parce qu’elle ne pense
pas la technique.
Suit une discussion sur le coté provocateur, revendiqué comme méthode pédagogique par Joël, et
sur le mot « écologisme », ressenti comme péjoratif par certains d’entre nous, préférant le mot
« écologie ».
** Texte rajouté à la demande de Joël
Joël présente l’association Technologos, dont il est membre et qui s’assigne la tâche d’impulser un
débat public sur l’impact de l’évolution des techniques dans les mentalités et les modes de vie. La
thèse principale s’articule autour de l’idée que si l’ « on n’arrête pas le progrès », ce n’est pas parce
que l’on ne veut pas qu’il s’arrête mais parce qu’on ne le peut plus (analogie de la fable de l’apprenti
sorcier et des milliers de m3d’eau radioactive qui s’échappent chaque jour de la centrale de
Fukushima, des années après l’explosion du réacteur).
Joël distribue un document de quatre pages qui précise les attendus des rencontres qui se
dérouleront du 21 au 23 juillet en région PACA (la recherche d’un lieu est en cours). Ce document
(actuellement encore en cours de rédaction) est disponible en ligne sur notre site :
http://www.technologos.fr . Le document distribué indique que toute personne intéressée par ces
rencontres peut s’informer ou se pré-inscrire à cette adresse : ateliersdete@technologos.fr
Au cours de la discussion qui s’engage, à la fois sur le ton du titre et du sous-titre et sur le mot
« écologisme », ressentis comme péjoratifs par certains d’entre nous, Joël répond que les intitulés
sont provocateurs à des fins spécifiquement pédagogiques, mais qu’en revanche le terme
« écologisme » ne lui semble pas plus négatif qu' »écologiste » ou que tout autre terme en « -isme ».
6) UNE proposition d’action régionale commune.
Marc06 (Gerenton), en prenant l’exemple d’un « plan vélo » résume une méthode d’action
commune : : prise de contact avec tous les acteurs possibles (associations) y compris institutionnels
(mairie, département, région) et politiques (le parti EELV, ND, Alternatiba, etc., proches de nous et
susceptibles de participer) ; partir de l’existant (plan communal des pistes cyclables à parcourir pour
noter tout ce qui freine le développement de ce mode de transport) ; sensibilisation et écoute avec la
distribution d’un questionnaire « intelligent » à la population susceptible d’être concernée ; synthèse
des résultats à diffuser, par la voie d’un évènement public, dans la presse et auprès des acteurs pour
faire avancer les choses dans le sens souhaité.
Tout autre sujet, pouvant être traité selon la même démarche : les déchets, la malbouffe et l’obésité.
2
Pour toute action il faut un moteur, une coordination, en prenant garde de ne pas tirer la couverture
à soi et au contraire agréger toutes les bonnes volontés, car associations et acteurs sont toujours très
regardants sur le fait qu’on n’empiète pas sur leur pré carré, fait réel même s’il est malheureux que
le pouvoir devienne alors plus important que l’idée, but et raison d’être de l’association.
Au lieu de cette action « plan vélo », concernant plutôt le milieu urbain (encore plus dangereux
actuellement en campagne, un vrai problème encore), on pourrait s’entendre sur une action « zéro
déchet » qui concerne tous les territoires (il y a au moins une telle association à Nice) ou comme l’a
souhaité Cécile au début, sur une action plus générale et de long terme : toucher un public large en
impulsant un changement de nos modes de consommation (on pourrait dans un premier temps faire
par lieu une liste des commerçants travaillant en circuits courts, à diffuser…).
Suite au procès de Cédric Herrou, conséquence des problèmes migratoires traités uniquement sous
la forme de la répression aveugle et brutale dans la vallée frontalière de La Roya, et aux
manifestations de Nice, Danièle Quinson nous transmet les coordonnées d’un jeune acteur :
spectacle dont le thème est l’histoire de migrants et la mythologie, le titre exact est « Merci de vous
être déplacés » , Matthieu est conteur.
Coordonnées : matthieu.epp@rebonds-histoires.net / 06 23 40 24 97
RIEN N’EST DÉCIDÉ !!!
Mon souhait est déjà que chacun se positionne, fasse ses propositions, pour une action régionale
commune, en profondeur, sur le long terme et visant la population. Si on veut se faire connaître,
souhait maintes fois répété, il y a tout un travail préparatoire pour organiser, fédérer (une petite
équipe suffit), même si cela est difficile, mais le thème choisi doit être prépondérant, porteur, et sans
drapeau (ce qui n’empêche pas de préciser notre appartenance à la Coopérative et la provenance des
aides financières pour réaliser le projet).
Une Coopérative active, vivante, est le meilleur moyen et le seul pour faire croître notre nombre.
Suite à l’échange de courriels donnant lieu à cette synthèse, mon deuxième souhait est que notre
prochaine réunion de Coopérateurs PACA voit la mise en place de cette action commune, enfin…
7)L’école / l’éducation, sujet proposé et préparé par Michèle Dubief Huguet* qui, dans un premier
temps, nous fait part de son expérience avec ses enfants dans une école publique expérimentale à
Grenoble, puis de ses préoccupations et peurs, en particulier la peur d’une demande d’autorité dans
notre contexte politique de sécurité et sanctions, alors qu’elle souhaite une politique éducative de la
bienveillance, la violence conduisant à la violence… et demande : « on se positionne sur les
élevages en batterie, il faudrait le faire fermement sur l’école ».
Pour Jean-Marie s’ajoute la peur de la disparition de l’école publique par l’ouverture libre d’écoles si
la droite arrive au pouvoir.
Suit une discussion entre quelques-uns : Michèle, Jean-Marie, Alain (qui souhaite une séparation
des pouvoirs : dont le pouvoir scolaire), Sylvie et Marc06 (projet complet 7 pages sur l’école
publique, à demander par courriel par ceux que cela intéresse. Il présente deux des principales
actions développées dans ce document : égalité scolaire territoriale, et fin de la note en tant que seul
élément administratif de jugement, donc d’orientation). .
* Texte, compte rendu de Michèle : « Michelle Dubief Huguet a présenté ses réflexions sur le
système scolaire. Elle les a situés comme étant le résultat de son expérience de 40 ans de travail
dans l’éducation nationale en qualité d’assistante sociale. Autre expérience relatée, celle de la
Villeneuve à Grenoble dans les années 78, expérimentation dans le cadre de l’EN portant sur la
pédagogie et non sur les contenus scolaires dont ses enfants ont bénéficié avec des résultats
excellents et sans douleur..
C’est un sujet d’écologie humaine qui doit trouver sa place chez les écologistes. »
8) En toute fin de réunion, Alain Persat intervient sur le nucléaire pour demander s’il est
envisageable de porter plainte contre le risque nucléaire, car maintenant, on a assez d’arguments
juridiques en faveur d’une telle action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *